Pour un sommeil zen

Dans la chambre à coucher, pri­vilégiez un espace dégagé et rangé ; aérez régulièrement. Evi­tez de suspendre des objets au- dessus du lit (étagères, lustres…) et entourez votre couche de mobilier arrondi plutôt qu’avec des angles saillants. Préférez les matériaux naturels (bois, coton, lin) et des couleurs douces. Au mur, pas d’accumulation de cadres et pas d’images agres­sives, mais plutôt des visuels apaisants.

La chambre où vous dormez ne doit revêtir que cette fonction, évitez de la transformer en bureau pour y travailler ou en salle de jeux pour vos enfants. Le mélange d’énergies ne fait pas toujours bon ménage. Le Yin est une énergie douce tandis que le Yang est une énergie active (travail, jeux…).

En termes d’éclairage, placez plusieurs petites lampes pour Cécilia Blandin, consultante en Feng Shui (formée à l’institut eu­ropéen du Feng Shui en 2008), explique que nous sommes en étroite relation avec notre mai­son, établissant avec notre lieu de vie un réel corps à corps, l’intérieur de notre maison cor­respondant souvent à notre état intérieur.

L’objectif d’une consultation Feng Shui consiste à se servir de la maison comme d’un outil de compréhension de soi et de levier vers un changement. Une expertise dure 4 h en moyenne et s’organise par étapes. Le consultant s’entretient avec le client pour cerner un thème ou une question qui servira de point de départ à l’analyse et pour connaître l’histoire de la maison et de la famille qui y habite.

La première étape concerne l’extérieur de la maison : sa situation, son environnement, le quartier, le paysage… Ce qui permet de déterminer le positionnement des animaux symboliques (voir encadré). En fonction de son orientation, une habitation possède des qualités d’énergie variées. La terrasse, par exemple, donne des indices sur la vie sociale et relationnelle des habitants avec les autres.

La visite intérieure du foyer s’ef­fectue avec des outils précis : mesure boussole, plan de la maison et le Pa Kua (ou Bagua), l’un des outils d’analyse essen­tiels du Feng Shui, sert à iden­tifier les domaines plus faibles ou plus forts d’une demeure. Il est composé de huit trigrammes auxquels s’associent huit points cardinaux dont chacun repré­sente une aspiration du domaine de la vie : richesse et prospé­rité (sud-est), reconnaissance et notoriété (sud), mariage et amour (sud-ouest), enfants (ouest), mentors et communica­tion (nord-ouest), carrière (nord), éducation et savoir (nord-est), famille et santé (est). Une fon­taine en est, par exemple, ren­forcera les liens familiaux et pro­tégera votre santé.

Enfin, le Pa Kua posé sur le plan de la maison donne le loshu qui détermine les différentes zones de l’habitation avec ses huit sec­teurs de vie et précise la circula­tion du chi (énergie).

L’observation de la décoration est révélatrice du fonctionne­ment psychologique des habi­tants.

Enfin, le compte-rendu de la consultation permet de propo­ser des pistes de changement au sein du foyer si besoin.

Selon Cécilia Blandin, « un bon consultant se met au service des habitants ; il s’adapte à leurs besoins et objectifs, il n’impose pas des vérités Feng Shui. »